Assurance-vie : la base de l’investissement responsable

L’assurance-vie fait partie des chouchous des épargnants français, qui apprécient le placement garanti des fonds en euros. Mais l’assurance-vie permet également, par l’intermédiaire d’unités de comptes de plus en plus responsables et solidaires, de donner une impulsion éthique au plus classique des investissements.

Souvent parmi les premiers placements réalisés par les Français, l’assurance-vie séduit notamment par la garantie du capital qu’elle offre. De plus en plus d’options sont disponibles pour les épargnants, qui peuvent décider de flécher leurs économies vers des solutions éthiques et responsables.

Les fonds euros, souvent opaques

Tout n’est pourtant pas gagné pour l’assurance-vie, dont la composante principale, c’est-à-dire les fonds euros, manquent de transparence. En cherchant où sont investis ces fonds, on peut obtenir quelques informations : en général, ils sont placés en obligations, une partie pouvant être investie dans des actifs immobiliers ou d’autres produits alternatifs, mais considérés comme stables. Toutefois, il est très compliqué d’en savoir plus, même concernant la géographie des investissements.

Les unités de compte, alliées de l’ISR

Les unités de compte en revanche permettent de flécher beaucoup plus facilement l’argent placé en assurance-vie vers des fonds responsables. Attention, car dans ce cas, le capital n’est pas garanti. Mais le rendement attendu est en revanche plus élevé.

L’assurance-vie

De plus en plus de contrats permettent aux épargnants d’accéder à des unités de compte responsables. 

Comprendre l’assurance-vie

Rendre mon contrat responsable

PER : l’épargne retraite qui imite l’assurance-vie

Les unités de compte permettent généralement d’investir dans des fonds d’investissement en actions, mais de plus en plus d’alternatives sont proposées aux épargnants. Par exemple, il est possible aujourd’hui d’investir dans l’immobilier ou le private equity via son contrat d’assurance-vie.

Le coup de pouce de la loi Pacte

Entrée en vigueur en mars 2019, la loi Pacte a donné un sérieux coup d’accélérateur à la responsabilisation des contrats d’assurance-vie. Celle-ci oblige les assureurs à proposer une unité de compte labellisée ISR dans chaque contrat, depuis le 1er janvier 2020.

Dès 2022, les assureurs devront également proposer au moins une unité de compte verte, labellisée Greenfin, et une unité de compte solidaire, labellisée Finansol, dans chaque contrat. De nombreux assureurs ont pris les devants et proposent dès aujourd’hui des alternatives beaucoup plus durables, allant parfois jusqu’à proposer des contrats 100% responsables. 

Gestion libre vs gestion pilotée

Lorsque vous souscrivez un contrat d’assurance-vie, vous avez le choix entre la gestion pilotée, aussi appelée gestion sous mandat, et la gestion libre. Dans le premier cas, vous déléguez à l’assureur la gestion de votre contrat. Cela rend plus compliquée la gestion responsable, sauf si vous souscrivez un contrat dédié.

La deuxième option, soit la gestion libre, vous permet de choisir les fonds dans lesquels vous investissez et donc de privilégier les placements verts. Il vous faudra par contre y dédiée un peu de temps.

PER : l’épargne retraite éthique

Le 1er octobre 2019, le gouvernement a annoncé la création d’un nouveau placement dont le fonctionnement est calqué sur celui de l’assurance-vie : le plan épargne retraite ou PER. Ce placement remplace tous les mécanismes d’épargne retraite précédents, et offre un choix responsable aussi vaste que celui de l’assurance-vie. 

 

En vidéo

Découvrez comment transformer votre assurance-vie en un placement responsable :

Préparez votre retraite en investissant dans un produit d’épargne éthique :