Saviez-vous que certains mécanismes inconscients influençaient grandement votre façon d’investir ? Retour sur les principaux biais cognitifs et comment en sortir. 

Cette année, la docteure Hava Orkut, de l’EM Strasbourg, a remporté le prix national de la meilleure thèse en finance de marché remis par l’Association française de la finance. Elle a été récompensée pour son travail sur le comportement des investisseurs individuels sur les marchés. Une bonne occasion d’aborder un sujet crucial pour bien investir : les biais cognitifs.

La thèse d’Hava Orkut est particulièrement intéressante pour étudier ces biais. En effet, elle est l’une des premières à étudier les résultats des questionnaires administrés aux investisseurs dans le cadre de la nouvelle réglementation Mifid 2. Cette réglementation oblige les établissements bancaires à mieux cerner le profil de risque et le niveau de connaissances financières de leurs clients. La thèse se base sur un échantillon de 98 000 clients, ce qui est très significatif et permet d’illustrer plusieurs biais… Ainsi que de battre en brèche quelques préjugés.

Investir chez soi, un réflexe même chez les investisseurs sophistiqués

L’un des biais cognitifs observés par la docteure est le biais de familiarité, considéré comme une explication du biais national. Il s’agit d’une tendance à faire confiance à ce qu’on connaît et donc à sur-représenter son pays lorsque l’on investit en Bourse. Certaines études ont même montré qu’aux Etats-Unis, les investisseurs de la côte ouest avaient tendance à investir dans des entreprises de la côte ouest, et vice versa de l’autre côté du pays.

Dans sa thèse, Hava Orkut montre que même les investisseurs les plus sophistiqués sont soumis à ce biais. Et ce en particulier s’ils sont nés en France ou s’ils sont entrepreneurs. Les investisseurs nés à l’étranger ou salariés y sont quant à eux moins sensibles. Elle montre aussi que si l’intensité du biais national diminue avec l’âge, elle augmente avec la valeur du portefeuille.

De nombreux

investisseurs se croient meilleurs qu’ils ne le sont en réalité

Ne pas assez diversifier, une tendance répandue

Il s’agit cette fois d’un biais cognitif auquel sont moins sensibles les investisseurs dits sophistiqués que les débutants. Le biais de diversification insuffisante illustre la tendance des investisseurs à détenir trop peu d’actifs, ce qui entraîne une mauvaise diversification et donc un risque plus grand. Dans une étude de 2008 de Goetzmann et Kumar, on apprend ainsi que moins de 5 % des investisseurs individuels américains détiennent plus de dix actions différentes dans leur portefeuille.

Ce biais de diversification insuffisante est particulièrement présent chez les jeunes, les personnes avec des revenus faibles ou disposant de peu de connaissances financières. La plupart des cas de sous-diversification est préjudiciable financièrement aux investisseurs.

La confiance en soi, oui, l’excès de confiance, non !

Ce biais de diversification insuffisante est aussi corrélé à un autre piège cognitif : le biais d’excès de confiance. En psychologie, il désigne un biais selon lequel la confiance d’une personne dans ses propres jugements est bien supérieure à la précision objective de ces jugements. Pour résumer, beaucoup d’investisseurs se croient meilleurs qu’ils ne le sont en réalité. C’est d’ailleurs ce qui a poussé quelques traders bien connus à continuer à creuser leurs pertes malgré une situation objectivement impossible à rattraper.

En finance, ce biais d’excès de confiance se traduit souvent par des investisseurs qui surestiment la qualité des informations dont ils disposent pour investir. Ils surestiment également leur capacité à interpréter ces informations, ce qui leur donne une fausse impression de contrôle.

Les femmes n’investissent pas moins que les hommes

Pour finir, les résultats d’Hava Orkut montrent que les femmes ne sont pas moins enclines à investir que les hommes. Les principaux facteurs qui poussent un individu à investir en Bourse sont d’abord un niveau de tolérance au risque plus élevé, facteur qui augmente la probabilité pour une personne d’investir en actions de 18 %. La détention d’autres produits financiers, comme l’assurance-vie en unités de compte ou le plan d’épargne retraite augmente elle aussi la probabilité d’investir en actions, respectivement de 11,95 % et 8,11 %. Le fait d’être un homme n’augmente que de 1,2 % cette probabilité.

Comment combattre ces biais cognitifs en tant qu’investisseur ?

La meilleure façon pour éviter ces biais est d’établir une stratégie en amont de l’action d’investissement… Et de se tenir à cette stratégie. Bien sûr, des objectifs en ligne avec ses traits de personnalité et ses objectifs propres aident à respecter le plan établi. Personnellement, j’ai choisi de n’investir qu’à long terme. D’abord parce que cela enlève une grosse part de stress au quotidien, ensuite parce que mes objectifs financiers sont lointains.

Il est impossible de battre le marché, mais il est possible de l’utiliser pour atteindre certains objectifs raisonnables. La persévérance et la régularité sont probablement les meilleurs alliés des investisseurs. Et les meilleures barrages possibles contre des biais cognitifs qui n’apportent souvent que de mauvaises nouvelles financières.



Sur le même thème :


Comment éviter les arnaques d'investissement ?

Placements : comment éviter les arnaques ?

Qu'il s'agisse d'investissements en Bourse, de placements atypiques comme les diamants ou les manuscrits ou de financement de projets d'énergies ...
Lire la suite
L'eau, un investissement éthique

Investir responsable : la thématique de l’eau

Thématique d'investissement socialement responsable, l'eau est une denrée stratégique aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises. Des fonds ...
Lire la suite
Investir dans la biodiversité

Investir pour préserver la biodiversité

Protéger la biodiversité est un enjeu dont l'importance est aujourd'hui connu et comprise de tous. En tant qu'épargnant et investisseur, ...
Lire la suite
Choisir un fonds responsable

Bourse : choisir un fonds d’investissement responsable

Il existe en France plusieurs centaines de fonds d'investissement qui ont obtenu un label responsable ou se présentent sous un ...
Lire la suite

Finance durable : comment investir pour le climat

Le réchauffement de l'atmosphère, la montée et l'acidification des océans... Le dérèglement climatique est aujourd'hui une réalité, mais pas forcément ...
Lire la suite
Choisir une action

Choisir une action en Bourse : conseils

Pour composer un portefeuille, encore faut-il savoir comment choisir les entreprises qui le composent ! Voici quelques conseils pour faire ...
Lire la suite
Investir éthique-les biais cognitifs

Comprendre les biais cognitifs pour bien investir

Saviez-vous que certains mécanismes inconscients influençaient grandement votre façon d'investir ? Retour sur les principaux biais cognitifs et comment en ...
Lire la suite
Label ISR

Label ISR : opter pour un fonds responsable

Placer son épargne en Bourse tout en choisissant l'investissement socialement responsable, c'est possible grâce au label ISR.  Créé en septembre ...
Lire la suite
Comprendre les ETF trackers

Un ETF, c’est quoi ? Comment investir ?

Les ETF ou trackers permettent d'investir en Bourse en répliquant des indices de marché. Ils permettent de bien diversifier ses ...
Lire la suite
Investir éthique en Bourse grâce aux ETF

Investir éthique en Bourse : les trackers et ETF

Il existe de multiples solutions pour investir en Bourse. Parmi celles-ci, les exchange traded funds (ETF), aussi appelés trackers, permettent ...
Lire la suite