Dans un monde où sont proposées de plus en plus d’offres durables, il peut être compliqué d’échapper au greenwashing. Heureusement, de nouvelles règles vont interdire la publicité sur les critères durables par les fonds qui ne le sont pas. 

Parmi les sujets qui travaillent le plus les épargnants qui veulent investir responsable, on retrouve cette question essentielle : comment reconnaître les produits financiers vraiment éthiques des autres ?

Passé inaperçu en pleine crise du coronavirus, un texte publié par l’Autorité des marchés financiers le 11 mars dernier devrait avoir un certain impact.

Pour rappel, l’AMF, qui est le régulateur français, a pour mission de surveiller les marchés et de s’assurer du respect des lois et de la protection de l’épargnant. Ils se sont bien sûr intéressés à la mutliplication des offres de produits responsables, qui concerne aujourd’hui l’ensemble du marché, tous les acteurs ayant voulu “surfer” sur la vague durable. 

Interdiction de la fausse publicité durable

Le 11 mars dernier donc, l’AMF a publié une doctrine qui a pour objectif de lutter contre le greenwashing. Cette doctrine oblige tous les nouveaux fonds, ainsi que tous les fonds déjà sur le marché à partir du 1er décembre prochain, à appliquer plusieurs principes stricts s’ils souhaitent pouvoir être considérés comme durables. Et avoir le droit de communiquer de manière centrale sur leur caractère responsable. 

Le premier et le grand principe de cette doctrine est que la prise en compte des critères extra-financiers soit mesurable. L’information communiquée doit être “claire, exacte et non trompeuse”. Les fonds ont donc désormais l’interdiction de faire de ces critères extra-financiers un élément central de leur communication quand ce n’est pas un élément central de leur gestion

Une information claire, exacte et non trompeuse

Ceux qui pourront en faire un élément central de communication, comme défini par l’AMF, sont ceux qui : 

  • analysent au moins 90% des entreprises présentes dans le fonds selon des critères extra-financiers. 
  • ont une approche fondée sur un engagement qui se décline en objectifs mesurables
  • fondent leur stratégie sur un engagement significatif. Ce dernier doit être au minimum d’exclure 20% des mauvais élèves, pour les stratégies best-in-class et best-in-universe, ou d’améliorer la note d’au moins 20% par rapport à l’indice de référence. Ce sont déjà les critères du label ISR

Les stratégies best-in-class sont les plus utilisées par les sociétés de gestion françaises. Elles consistent à prendre un univers d’investissement, à noter l’ensemble des entreprises et à retirer du fonds celles qui ont les plus mauvaises performances. La principale différence avec les stratégies best-in-universe est sectorielle : les stratégies best-in-class n’excluent pas de secteurs mais gardent l’allocation initiale de leur indice de référence. Les stratégies best-in-universe en revanche gardent les bons élèves quels que soient leurs secteurs, ce qui en général les amène à écarter totalement les industries polluantes.

Nouvelles règles sur la dénomination ISR

La dénomination investissement socialement responsable (ISR) est également mieux encadrée. Pour les fonds qui mentionnent l’ISR dans leur communication, chacun des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) doivent être pris en compte et détaillés.

Les fonds qui mentionnent l’ISR sans avoir le label doivent quant à eux indiquer clairement dans leur documentation qu’ils ne sont pas labellisés.

Parmi les exemples cités par l’AMF, on retrouve, pour les fonds qui peuvent communiquer de façon centrale sur le durable : 

  • les fonds d’obligations vertes, avec un minimum de 75 % des obligations présentes dans le fonds qui doivent respecter le référentiel du label Greenfin
  • les fonds low carbon qui font état d’objectfs chiffrés, avec une empreinte carbone de leur portefeuille qui doit être au moins 20% inférieure à celle de leur indice de référence

Parmi les fonds qui au contraire ne pourront plus faire du durable un élément central de leur communication, on retrouve :

  • les fonds qui excluent des secteurs controversés (tabac, armement, pornographie), s’ils ne pratiquent aucune autre forme d’engagement
  • les fonds qui excluent les Etats non coopératifs fiscalement, s’ils ne pratiquent aucune autre forme d’engagement
  • les fonds qui excluent les sociétés ayant fait l’objet de sanctions internationales ou ne respectant pas les règlementations internationales en termes d’organisation du travail, s’ils ne pratiquent aucune autre forme d’engagement
  • les fonds qui mentionnent simplement une note moyenne ESG supérieure à celle de leur univers d’investissement, s’ils ne pratiquent aucune autre forme d’engagement.

→ Consulter la doctrine de l’AMF sur le greenwashing

Les meilleurs et les pires acteurs du marché

 Toujours sur le greenwashing, une étude très intéressante a été publiée en mars 2020 par l’ONG Share Action. Cette étude a évalué la prise en compte des critères ESG par les 75 plus grosses sociétés de gestion au niveau mondial. 

Les six plus gros gestionnaires d'actifs ont tous des notes comprises entre D et E, soit les pires notes données par ShareAction

Résultat : ce n’est pas très positif. De manière générale, les résultats sont mauvais. Mais il est important de noter que seulement les plus gros acteurs ont été analysés.

Parmi les six plus gros gestionnaires d’actifs du monde, à savoir Blackrock, State Street, Capital Group, Vanguard, Fidelity et JP Morgan, les trois premiers ont eu la note D et les trois suivants la note E, qui est la plus mauvaise. 

Aucun français n’a obtenu la note E. Parmi les sociétés de gestion françaises présentes dans le classement, on retrouve, du moins bon au meilleur, Lyxor, filiale de la Société générale, qui a obtenu la note D ; Ostrum Asset Management, filiale de BPCE notée C ; Amundi (filiale du Crédit agricole, Axa IM et La Banque Postale AM ont obtenu la note B ; BNP Paribas Asset Management est la seule française à avoir obtenu la note A. Au total, seulement cinq sociétés ont été notés A, parmi lesquels Aviva, qui est un groupe britannique, et Robeco, qui est néerlandais.

→ Consulter l’étude de ShareAction (en anglais)

Quelques conseils pour reconnaître les démarches sincères

Pour finir, voici quelques conseils, tirés principalement des entretiens que j’ai pu mener, notamment avec des conseillers en gestion de patrimoine qui essaient eux aussi d’identifier les fonds responsables. Ce que j’ai retenu de ces échanges, c’est que trois principaux critères ont leur importance : 

  1. l’actionnariat des sociétés de gestion. Les sociétés plus petites, indépendantes auront tendance à avoir les coudées plus franches pour avoir des approches inventives et responsables. 
  2. la démarche globale : est-ce que c’est anecdotique ou est-ce que la démarche responsable concerne l’ensemble des fonds ou une majorité des fonds proposés ? Quand on regarde les portefeuilles de maisons comme Ecofi, Sycomore Asset Management, La Financière Responsable ou Mirova (qui ne sont d’ailleurs pas tous indépendants !), on voit quil y a une cohérence entre tous les fonds. 
  3. l’engagement des dirigeants, plus difficile à cerner quand on n’est pas connecté avec l’écosystème financier. Comme pour n’importe quel changement dans une entreprise, si la direction ne se saisit pas du sujet, peu d’actions vont pouvoir être menées in fine. 

De manière générale, le greenwashing va être rendu de plus en plus difficile. A l’échelle européenne, la Commission travaille depuis plusieurs mois déjà sur un référentiel qui permettra de mieux identifier les produits financiers qui participent vraiment à la transition énergétique. C’est la fameuse taxonomie européenne, qui permettra certainement d’aller encore plus loin dans l’encadrement des produits financiers durables et la bonne information des épargnants. 

 



Sur le même thème :


Label ISR

Label ISR : opter pour un fonds responsable

Placer son épargne en Bourse tout en choisissant l'investissement socialement responsable, c'est possible grâce au label ISR.  Créé en septembre ...
Lire la suite
Investir en Bourse : s'entraîner grâce à des applis

Bourse : 3 applis pour s’entraîner à investir

Découvrez ces applications qui vous permettent de vous entraîner avant de sauter le pas et de vous lancer sur les ...
Lire la suite
Gérer ses finances face au coronavirus

Coronavirus : comment gérer ses placements ?

L’épidémie de Covid-19 et la mise à l’arrêt d’une grande partie de l’économie a déjà fait plonger la Bourse. Plus ...
Lire la suite
Comment éviter le greenwashing

Greenwashing : identifier les fonds vraiment durables

Dans un monde où sont proposées de plus en plus d'offres durables, il peut être compliqué d'échapper au greenwashing. Heureusement, ...
Lire la suite

PEA ou compte-titres : deux choix pour investir responsable en Bourse

Le choix d'un plan d'épargne en actions ou d'un compte-titres se fera en fonction de la stratégie d'investissement de chacun ...
Lire la suite
Bourse : comment gérer son PEA - Investir éthique

Comment gérer son PEA

Le plan d’épargne en actions (PEA) est un outil très intéressant pour investir en Bourse tout en bénéficiant d’un avantage ...
Lire la suite
L'eau, un investissement éthique

Investir responsable : la thématique de l’eau

Thématique d'investissement socialement responsable, l'eau est une denrée stratégique aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises. Des fonds ...
Lire la suite
Investir dans la biodiversité

Investir pour préserver la biodiversité

Protéger la biodiversité est un enjeu dont l'importance est aujourd'hui connu et comprise de tous. En tant qu'épargnant et investisseur, ...
Lire la suite
Choisir un fonds responsable

Bourse : choisir un fonds d’investissement responsable

Il existe en France plusieurs centaines de fonds d'investissement qui ont obtenu un label responsable ou se présentent sous un ...
Lire la suite
Le rhino impact bond

Le rhino impact bond, un placement pour sauver les rhinocéros

 Alliant mécanisme financier, donation et conservation d'une espèce menacée, cette obligation originale pourrait bien ouvrir la voie à l'émergence d'un ...
Lire la suite