Il existe en France plusieurs centaines de fonds d’investissement qui ont obtenu un label responsable ou se présentent sous un jour éthique. Voici une série de conseils pour mieux comprendre le fonctionnement des fonds, et trouver celui qui correspond à sa stratégie.

Pour investir en Bourse, il est possible d’acheter directement des actions ou de se tourner vers des fonds d’investissement. Il en existe deux sortes : les fonds passifs comme les ETFs, et les fonds actifs. C’est à ces derniers que nous nous intéressons aujourd’hui.

On dit qu’ils sont actifs parce qu’ils sont gérés par une équipe. Celle-ci va faire des arbitrages tout au long de l’année

Elle peut aussi investir une partie du fonds dans des actifs de couverture, par exemple pour qu’il ne subisse pas de baisse trop importante si jamais les marchés connaissent un ralentissement.

Conseil n°1 : aller voir du côté des labels

Les labels vous permettent d’être certains que les fonds ont une approche responsable, puisqu’ils ont été audités. Il existe en France deux labels principaux :

  • le label ISR. Un peu plus de 200 fonds sont aujourd’hui labellisés. Le label ISR permet de garantir que ceux-ci prennent en compte les critères ESG — environnementaux, sociaux et de gouvernance — dans leurs investissements.
  • le label Greenfin. Le gouvernement a lancé un deuxième label en juin. Il s’agit en fait de l’ancien label TEEC pour transition énergétique et écologique pour le climat, qui est devenu Greenfin. Le but de ce label est de permettre aux fonds qui contribuent à la transition énergétique de se distinguer. Il dispose donc de critères d’exclusion de secteurs énergétiques polluants et impose des obligations de mesure des impacts du fonds sur l’environnement.

Pour l’instant, il n’existe pas de label européen, bien que cela soit en discussion. Néanmoins, la majorité des pays développés ont leurs propres labels, si jamais vous voulez investir dans un fonds hébergé par une société de gestion étrangère.

Conseil n°2 : regarder le détail des investissements

Les fonds sont obligés de dévoiler les entreprises qui pèsent le plus lourd dans leur portefeuille et ils sont de plus en plus nombreux à donner accès à la totalité des investissements du fonds. Il est intéressant de regarder cette liste car cela permet de mieux comprendre la stratégie du fonds et de mieux visualiser les risques auxquels vous vous exposez. Est-ce que ce ne sont que de très grandes entreprises ? Quels sont les secteurs les plus représentés ? Etc.

Les fonds d’investissement présentent en outre souvent, dans leurs documents d’information, des statistiques qui permettent de voir l’exposition du fonds à tel pays ou tel secteur d’activité.

Si vous avez une stratégie d’investissement socialement responsable (ISR), cela vous permet aussi de vous assurer que certaines entreprises dans lesquelles vous ne souhaitez pas investir sont bien absentes du fonds.

Conseil n°3 : s’intéresser à la société de gestion

La philosophie d’un fonds dépend souvent de celle de la société qui le gère. Par exemple, une grande banque généraliste n’aura pas du tout le même esprit d’investissement qu’une boutique spécialisée. Certaines sociétés de gestion sont aussi plus que d’autres impliquées dans une démarche responsable, comme Sycomore ou Mirova, par exemple.

« Certaines sociétés de gestion ont des démarches plus responsables que d’autres »

Conseil n°4 : s’intéresser aux gérants

Chaque fonds est géré par une équipe. S’intéresser à cette équipe permet aussi de mieux comprendre la stratégie qui sera utilisée, à la fois en termes d’exposition et de risque. Par exemple, un fonds géré par un spécialiste des marchés émergents sera plus sensible à certaines opportunités et plus exposé à certains risques.

Aujourd’hui, de plus en plus de sociétés de gestion ont des équipes d’analyse spécialisées dans l’ISR, vous pouvez aussi vous renseigner sur cette équipe, son interaction avec les équipes de gestion, et l’approche qu’elle va privilégier.

En France, l’approche la plus commune dans les fonds responsables est l’approche best in class, qui consiste à évaluer chaque entreprise d’un indice donné puis à supprimer les plus mauvaises entreprises de l’indice.

Conseil n°5 : Vérifier le niveau de risque

Les sociétés de gestion ont l’obligation de vous indiquer le niveau de risque estimé du fonds. Cela vous permet de vous interroger sur le risque que vous êtes prêt à prendre, sachant qu’en général, plus un fonds est spécialisé, plus il sera risqué. Plus il est exposé aux marchés émergents, plus il sera risqué, etc.

Cela peut faire partie de votre stratégie, il faut simplement en être conscient et investir en toute connaissance de cause.

Conseil n°6 : Regarder la performance passée

Comme c’est indiqué sur les documents financiers, les performances passées ne présagent pas des performances futures. Toutefois, il est intéressant de comparer les performances passées d’un fonds à celle de son indice de référence. Ce qui doit en particulier retenir votre attention est la manière dont le fonds a réagi lors de périodes très fastes ou au contraire très négatives pour le marché. Cela vous donnera une idée de la résistance du fonds aux secousses du marché et de son niveau de risque en fonction de ces données.

C’est aussi un bon indicateur des capacités de l’équipe de gestion à naviguer pendant des périodes compliquées, comme l’année 2018 qui a été assez difficile pour tout le marché.

Conseil n°7 : Faire attention aux frais

Les frais sont très importants. Ils vont en effet venir diminuer le rendement dont vous allez bénéficier. Il faut donc qu’ils soient raisonnables et qu’ils justifient la performance que la gestion active va vous apporter. Il existe plusieurs types de frais :

  • les frais d’entrée et de sortie. Les frais d’entrée sont quasiment systématiques. Vous ne les payez qu’une fois quand vous achetez une part du fonds, mais il peuvent grimper jusqu’à 5%. Les frais de sortie sont plus rares mais fonctionnent selon le même principe lorsqu’ils sont appliqués.
  • les frais de gestion. Les frais de gestion permettent de rémunérer la société de gestion. Ils peuvent aller de 1% à 3% en fonction des fonds. Ces frais sont en général les mieux indiqués dans les documents d’information et vous n’aurez pas de mal à les trouver. Ils sont facturés chaque année.
  • les commissions de mouvement. Les commissions de mouvement sont des frais qui peuvent être facturés quand les gérants effectuent des arbitrages, donc qu’ils vendent une partie des actions pour en acheter d’autres. Souvent, ces commissions ne sont pas annoncées. Toutefois dan le DICI (document d’information clé pour l’investisseur) vous avez la notion de frais courants, qui englobent les frais de gestion et les commissions de mouvement.
  • les commissions de sur-performance. Enfin, il existe un dernier type de frais qui sont les commissions de sur-performance. Elles sont facturées quand le fonds fait mieux que son indice de référence, c’est-à-dire que l’indice (MSCI, Solactive…) qui va servir de point de comparaison à la société de gestion. Attention avec ces frais, car certains fonds les facturent même quand le fonds a une performance négative, si celle-ci est moins négative que son indice de référence. En général les sociétés de gestion qui n’ont pas cette pratique le précisent.

Conseil n°8 : Investir à long terme

Vous avez maintenant toutes les informations dont vous avez besoin pour choisir un fonds en toute connaissance de cause. Un dernier conseil tout de même : la plupart des fonds ont des approches de long terme et conseillent un minimum de 5 ans d’investissement. Cette durée de détention permettra aussi d’amortir les frais d’entrée et d’avoir une meilleure performance globale.



Sur le même thème :


Comment éviter les arnaques d'investissement ?

Placements : comment éviter les arnaques ?

Qu'il s'agisse d'investissements en Bourse, de placements atypiques comme les diamants ou les manuscrits ou de financement de projets d'énergies ...
Lire la suite
L'eau, un investissement éthique

Investir responsable : la thématique de l’eau

Thématique d'investissement socialement responsable, l'eau est une denrée stratégique aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises. Des fonds ...
Lire la suite
Investir dans la biodiversité

Investir pour préserver la biodiversité

Protéger la biodiversité est un enjeu dont l'importance est aujourd'hui connu et comprise de tous. En tant qu'épargnant et investisseur, ...
Lire la suite
Choisir un fonds responsable

Bourse : choisir un fonds d’investissement responsable

Il existe en France plusieurs centaines de fonds d'investissement qui ont obtenu un label responsable ou se présentent sous un ...
Lire la suite

Finance durable : comment investir pour le climat

Le réchauffement de l'atmosphère, la montée et l'acidification des océans... Le dérèglement climatique est aujourd'hui une réalité, mais pas forcément ...
Lire la suite
Choisir une action

Choisir une action en Bourse : conseils

Pour composer un portefeuille, encore faut-il savoir comment choisir les entreprises qui le composent ! Voici quelques conseils pour faire ...
Lire la suite
Investir éthique-les biais cognitifs

Comprendre les biais cognitifs pour bien investir

Saviez-vous que certains mécanismes inconscients influençaient grandement votre façon d'investir ? Retour sur les principaux biais cognitifs et comment en ...
Lire la suite
Label ISR

Label ISR : opter pour un fonds responsable

Placer son épargne en Bourse tout en choisissant l'investissement socialement responsable, c'est possible grâce au label ISR.  Créé en septembre ...
Lire la suite
Comprendre les ETF trackers

Un ETF, c’est quoi ? Comment investir ?

Les ETF ou trackers permettent d'investir en Bourse en répliquant des indices de marché. Ils permettent de bien diversifier ses ...
Lire la suite
Investir éthique en Bourse grâce aux ETF

Investir éthique en Bourse : les trackers et ETF

Il existe de multiples solutions pour investir en Bourse. Parmi celles-ci, les exchange traded funds (ETF), aussi appelés trackers, permettent ...
Lire la suite